CIA :: Comité International d'Auschwitz

Stauffenbergstraße 13/14
10785 Berlin
Allemagne

Téléphone: ++ 49 (030) 26 39 26 81
Télécopie: ++ 49 (030) 26 39 26 83

URI: http://www.auschwitz.info/

Navigation par les services:
 
Navigation par les langues:
 
Navigation par les langues:
 
 
 
 
Deutsches Historisches Museum

 

L’art de l’Holocauste

« Merci de nous permettre de voir cela à Berlin »

Le bâtiment Pei à Berlin, annexe du Deutsches Historisches Museum (Musée de l’histoire allemande), premier étage. Avant l’ouverture officielle, la chancelière Angela Merkel prend le temps de visiter une exposition unique : « L’art de l’Holocauste – 100 œuvres du Mémorial de Yad Vashem ». Tous les dessins, graphiques et peintures ont été réalisés par des artistes juifs pendant l’Holocauste. On peut les voir pour la première fois hors d’Israël.

Accroché à l’entrée de l’exposition, un tableau du peintre Felix Nussbaum. Il s’intitule « Le réfugié » et date de 1939. Sur la peinture, une longue table en bois. À droite, au bout de la table, un homme assis sur un tabouret, les coudes sur ses genoux, le visage désespérément enfoui dans ses mains. À côté de lui, un balluchon sur lequel repose une canne. Sur la table, un globe terrestre semblable à ceux utilisés dans l’enseignement scolaire d’autrefois. À gauche, une ouverture arquée conduisant vers l’extérieur, en arrière-plan des montagnes et des arbres.

Lorsque Felix Nussbaum a peint ce tableau, il fuyait déjà depuis sept ans la persécution nazie, avec sa femme Madame Felka Platek. Tous deux ont été assassinés par les SS en 1944, à Auschwitz. Le poète lyrique et écrivain, Christoph Heubner, a décrit le destin de ce couple d’artistes dans un journal intime fictif. Une lecture scénique de ce texte a été réalisée à la représentation du Land de Basse-Saxe. (cf. ici)

Lors de la cérémonie d’ouverture, la chancelière allemande, Angela Merkel, a souligné que l’art permettait de nous sensibiliser à la force et la souffrance des individus. « Les tableaux nous montrent un quotidien qui va au-delà du quotidien. »

Si, en dépit des inquiétudes exprimées en Israël, l’exposition a pu être transférée à Berlin, c’est grâce, entre autres, à l’initiative de Kai Diekmann (BILD, quotidien populaire allemand) et de la fondation Kunst und Kultur (Art et culture).

Dans le livre d’or de l’exposition, Angela Merkel a écrit ceci : « Profondément émouvant, merci de nous permettre de voir cela à Berlin. »

Parmi les invités à la cérémonie d’ouverture, au Musée de l’histoire allemande, figuraient les deux survivants d’Auschwitz, Eva Fahidi de Budapest et Marin Turski de Varsovie. Tous deux avaient rencontré Angela Merkel un an auparavant, au 70e anniversaire de la libération d’Auschwitz, lors de la cérémonie commémorative commune du Comité international d’Auschwitz à Berlin et ont été cordialement salués par la chancelière.

 

Liens