CIA :: Comité International d'Auschwitz

Stauffenbergstraße 13/14
10785 Berlin
Allemagne

Téléphone: ++ 49 (030) 26 39 26 81
Télécopie: ++ 49 (030) 26 39 26 83

URI: http://www.auschwitz.info/

Navigation par les services:
 
Navigation par les langues:
 
Navigation par les langues:
 
 
 
 

« Don de mémoire »

To B rembered – La sculpture du Comité international d‘Auschwitz

Depuis 2010, le Comité international d’Auschwitz remet la sculpture « to B remembered » à des personnalités ayant agi selon la pensée des survivants d’Auschwitz « Plus jamais ça ! ». En 2013, des apprentis de la société Volkswagen AG ont créé, avec la sculpture haute de deux mètres « to B remembered », un monument public.

La place berlinoise, Wittenbergplatz, a été la première station de la sculpture. Le 30 janvier 2014, le « B » a été placé devant le parlement européen, à Bruxelles – vous trouverez de plus amples informations sur le dévoilement de la sculpture, à Bruxelles, ici.

Le 10 septembre 2015, le „B“ est revenu sur la place berlinoise, Wittenbergplatz. Les survivants ont dédié la deuxième exposition réalisée à Berlin aux personnes en fuite ainsi qu’aux personnes qui vont, avec un cœur ouvert, à la rencontre des réfugiés. Roman Kent, survivant d’Auschwitz et président du CIA à New York : « Nos remerciements s’adressent à vous. Vous êtes souvent largement en avance sur vos gouvernements. »

Le 12 juin 2017, la sculpture a été dévoilée à Cassel, la ville de la documenta. Vous trouverez de plus amples informations sur la cérémonie officielle ici.

Jean Déodat raconte l’histoire du « B » dans une vidéo de Youtube – lien vers la vidéo.

La statue « to B remembered », pesant cinq tonnes, se trouve depuis le 12 juin 2013 sur la place Wittenberg à Berlin. (© Boris Buchholz)
La statue « to B remembered », pesant cinq tonnes, se trouve depuis le 12 juin 2013 sur la place Wittenberg à Berlin. (© Boris Buchholz) 

 

Le B, sculpture du CIA
Le B, sculpture du CIA 

Pour le 65ème anniversaire de la libération : To B remembered

Une nouvelle qui, à la fin de l’année 2009, fit le tour du monde : le vol de l’inscription figurant au-dessus de la porte d’entrée du camp principal d’Auschwitz : « Arbeit macht frei » (Le travail rend libre). Aujourd’hui, on présume que le vol a été commandité, depuis la Suède, par un collectionneur nazi d’extrême droite, ce dernier ayant passé la « commande » en direction de la Pologne, par le biais de contacts au sein de la scène nazie en Suède.

L’inscription – un mensonge, comme tous les prisonniers le savaient bien et en faisaient quotidiennement l’expérience personnelle. Toutefois, ce que la plupart ignoraient, c’était que l’inscription contenait un message subversif : le survivant, Tadeusz Szymanski, rapporte une conversation qu’il a eue, quelques années après la libération, sous la porte du camp, avec un autre survivant qui avait dû travailler dans la serrurerie du camp et qui lui signala que, lui et ses camarades, lorsqu’ils avaient reçu l’ordre des SS de souder l’enseigne, avaient sciemment mis à l’envers la lettre « B » du mot « Arbeit ». Une démonstration du respect de soi et de l’affirmation de soi dans un environnement dans lequel tout droit de l’homme était abrogé.

Afin de rappeler l’importance du lieu Auschwitz, des victimes et des causes, mais également afin de rendre hommage à l’aptitude à se remémorer qui est uniquement l’apanage de l’homme, le Comité International d’Auschwitz offre en 2010, 65 ans après la libération d’Auschwitz, le « Don de mémoire » sous forme du « B » mis à l’envers dans le mot « Arbeit »  sur la porte du camp d’Auschwitz : to B remembered.

C’est à la Française, Michèle Déodat, qui est, depuis longtemps, proche de la tâche du Comité International d’Auschwitz, que l’on doit l’idée de la conception artistique de la sculpture. Le façonnage des sculptures est exécuté par les apprentis de Volkswagen AG à Hanovre : Depuis vingt ans, les apprentis de Volkswagen Coaching s’engagent, conjointement avec des élèves polonais, pour la préservation du Mémorial d’Auschwitz et dans les entretiens avec les survivants du camp.