CIA :: Comité International d'Auschwitz

Stauffenbergstraße 13/14
10785 Berlin
Allemagne

Téléphone: ++ 49 (030) 26 39 26 81
Télécopie: ++ 49 (030) 26 39 26 83

URI: http://www.auschwitz.info/

Navigation par les services:
 
Navigation par les langues:
 
Navigation par les langues:
 
 
 
 

Article du quotidien « Neues Deutschland » du 13.10.2005

« Le centre de la conscience mondiale »

Depuis 2 ans, le siège du Comité International d’Auschwitz est à Berlin

par Ingrid Heinisch

Le bureau du Comité international d´Auschwitz n´impressionne pas : deux petites pièces, deux places de travail, deux ordinateurs. Juste assez de place pour le directeur et vice-président du CIA, Christoph Heubner et sa collaboratrice Suzanne Goldstein. Si les locaux ne paient pas de mine, l´endroit où ils se trouvent, Le Memorial de la Résistance allemande, dans la Stauffenberstrasse, est d´autant plus remarquable.

Quelle alliance ! Le Comité international d’Auschwitz, qui représente tous les anciens déportés du camp a son siège central à Berlin, la ville du pouvoir nazi, mais dans un lieu rendant hommage aux quelques personnes qui ont osé se soulever contre le régime nazi.
Le bureau existe depuis deux ans mais son histoire est longue et n’a rien d´évident.

Le Comité international d’Auschwitz a été créé en 1952. Sept années après la guerre, les anciens déportés d’Auschwitz ont décidé alors de s’organiser. Il ne fallait jamais oublier. Ils voulaient faire entendre leur voix pour avertir des dangers émanant des évènements politiques de l´époque, dangers bien présents face à la guerre froide et la guerre de Corée. Les anciens déportés se rencontraient régulièrement au Mémorial d´Auschwitz. Mais au fil des années, ils se sont vite aperçu que leur tâche ne diminuait pas mais grandissait. Ce qui semblait impossible après la guerre - qu’Auschwitz puisse être oublié, qu’il y ait de nouveau des partisans du national-socialisme - devenait amère réalité. Leur slogan « Jamais plus Auschwitz, jamais plus la guerre » semblait tourner en illusion. Mais les anciens déportés ont tenu bon. Ils ont compris qu´ils devaient raconter, encore et encore, qu’il s´agissait d’un devoir pédagogique : expliquer quand et où le chemin vers Auschwitz commence. Ils ont cherché le contact avec les jeunes, surtout dans les pays d’où ils avaient été déportés. Mais le contact avec les jeunes Allemands restait pour eux d´une importance particulière.

Les choses se sont faites en collaboration avec l´organisation évangélique « Aktion Sühnezeichen » (Action signe de réconciliation). Cette organisation a été créée en 1958 dans un esprit de réconciliation, de réparation et de paix dans les pays « ex-ennemis ». Les jeunes volontaires d´« Aktion Sühnezeichen » ont rencontré les anciens déportés. Ainsi, le jeune Christoph Heubner fit la connaissance de Tadeusz Szymanski, l´ancien conservateur du musée d’Auschwitz. Une profonde amitié en est née. Szymanski a été interné à Auschwitz pendant quatre années, puis a consacré toute sa vie à la construction du Mémorial. Humaniste convaincu, il a raconté dans d´innombrables entretiens son vécu concentrationnaire aux amis et aux visiteurs du Mémorial. Un savoir que Christoph Heubner retransmet aux jeunes jusqu´à aujourd´hui.

Les tâches du CIA prenaient de plus en plus d´ampleur. Les anciens déportés on voulu se faire entendre politiquement. Des rencontres avec des jeunes du monde entier ont eu lieu dans le Mémorial. Mais ce n´était pas assez. Ils sont alors allés dans les écoles, ont organisé des séminaires avec les enseignants et d´autres responsables pédagogiques, toujours dans le même but, transmettre ce qu´ils ont vécu.

Depuis quelques années, les anciens ouvrent les portes du comité à des plus jeunes. Cela fut une décision difficile, mais ils savent que leur temps est compté, qu´ils doivent confier la tâche à d´autres. Il faut faire plus, jamais moins : un bureau central qui travaillerait d´une manière plus continue. Mais où ? Ils se décidèrent pour Berlin, une grande preuve de confiance donnée aux Allemands.

Les premiers temps ont été consacrés à la préparation du soixantième anniversaire de la libération d’Auschwitz le 27 janvier 2005. Le Comité International d’Auschwitz a organisé pour la première fois une exposition à l´ONU. Pendant la cérémonie commémorative à Berlin, les rescapés Noach Flug et Kurt Goldstein prirent la parole ainsi que de jeunes Allemands, décrivant leurs impressions de leur visite à Auschwitz. Un jeune Polonais, né à Oswiecim, le nom polonais d’Auschwitz, a exprimé ce que ce nom représente pour lui.

Le 14 octobre, le CIA organise une rencontre des délégués des comités de tous les camps : Buchenwald, Dachau, Flossenbürg, Auschwitz etc. pour faire un bilan du travail accompli. Car les anciens déportés sont préoccupés. D´un côté, le bilan est positif, Auschwitz est devenu le centre de la conscience mondiale. De nouveaux centres de rencontres et d´informations ont été créés. Mais d´un autre coté, les anciens déportés sont obligés de constater que malgré leur travail à transmettre la mémoire, l´antisémitisme ressurgit et des groupes et partis d´extrême droite refont surface, aussi et surtout en Allemagne. A Paris, ils veulent réfléchir à d’autres concepts pédagogiques. Ils veulent planifier le travail après eux.

Beaucoup reste à faire pour les nouvelles générations. Beaucoup reste à faire pour Le Comité international d´Auschwitz à Berlin.