CIA :: Comité International d'Auschwitz

Stauffenbergstraße 13/14
10785 Berlin
Allemagne

Téléphone: ++ 49 (030) 26 39 26 81
Télécopie: ++ 49 (030) 26 39 26 83

URI: http://www.auschwitz.info/

Navigation par les services:
 
Navigation par les langues:
 
Navigation par les langues:
 
 
 
 
La 15e assemblée générale du Comité international d’Auschwitz commence (© Bernd Oertwig)
La 15e assemblée générale du Comité international d’Auschwitz commence (© Bernd Oertwig) 

 

15e assemblée générale du Comité international d’Auschwitz, 28. – 31.8.2017

« Never more – aujourd’hui, cela signifie avant tout mener le débat sur la pensée des hommes »

Un message d’accueil écrit du président polonais, Andrzej Duda, a souhaité officiellement la bienvenue aux survivants du camp et aux délégués de 15 pays qui s’étaient réunis à Oswiecim pour participer à la 15e assemblée générale du Comité international d’Auschwitz.

Le président de la République fédérale d’Allemagne, Frank-Walter Steinmeier, et le président autrichien, Alexander Van der Bellen, ont transmis également des mots de bienvenue ainsi que le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guteres, qui, dans sa missive, a remercié tout particulièrement les survivants d’Auschwitz : « Vos années en tant que survivants de l’Holocauste attestent de votre force, de votre courage et de votre engagement : vous donnez de l’espoir à ceux qui aujourd’hui sont persécutés et vos voix n’ont cessé de renforcer l’impératif mondial visant à combattre l’antisémitisme et d’autres types de discrimination, à protéger les plus faibles, à défendre les institutions démocratiques et à rester vigilant face au génocide et autres crimes. »

Pamela Appiah, Volkswagen AG, Prof. Felix Kolmer (© Bernd Oertwig)
Pamela Appiah, Volkswagen AG, Prof. Felix Kolmer (© Bernd Oertwig) 

Le président du CIA, Roman Kent (New York), a salué les survivants d’Auschwitz venus d’Israël, de Hongrie, de Pologne, de la République tchèque, d’Allemagne et des États-Unis d’Amérique ainsi que les parents des survivants d’Auschwitz et les délégués venus d’Israël, de Pologne, de Hongrie, de Grèce, du Canada, de Belgique, de France, de Slovaquie, de Slovénie, du Luxembourg, de la République tchèque, d’Autriche, d’Allemagne et d’Italie.

Pour cette assemblée générale, le CIA avait sciemment prévu, hors l’audition des rapports résultant du travail des pays membres, de réaliser un débat sur la « transition » portant sur les futurs grands axes de l’engagement du Comité et posant des jalons pour compléter le présidium du CIA par des membres plus jeunes. Dans leurs prises de position et leurs rapports, Noah Klieger (Israël), Eva Fahidi (Hongrie), Esther Bejarano (Allemagne), le Professeur Felix Kolmer (République tchèque) et Marian Turski (Pologne) ont décrit, en tant que survivants d’Auschwitz, non seulement leurs expériences résultant de nombreux entretiens avec des jeunes dans le monde entier mais avant tout leurs associations d’idées et leurs réflexions face à la croissance du populisme dans de nombreux pays, populisme qui se reflète de plus en plus dans des mouvements autoritaires et aboutit à un langage de la haine et de l’intolérance. Dans ce contexte, Marian Turski a posé la question qui agite les esprits de tous les survivants : « Combien de temps serons-nous encore en mesure de lancer des appels, d’intervenir et de nous défendre contre les fausses informations et la haine ? » Il a souligné : « Never more – aujourd’hui, cela signifie avant tout mener le débat sur la pensée des hommes » et il a ajouté : « C’était notre mission après l’Holocauste, après la perte presque totale de nos familles et de notre monde, de combler un vide effroyable et immense. Cette mission – décrire le vide et le combler avec des analyses et des souvenirs – est transmise désormais à la génération suivante. »

Les rapports des pays membres ont montré que cette mission était déjà perçue et développée, sous des formes diverses, dans les différents pays : des initiatives pédagogiques élaborées en France, en Belgique, s’adressent, par le biais des médias, tout particulièrement aux jeunes, des concepts d’exposition conçus en Allemagne, en République tchèque, au Luxembourg et en Grèce ont été présentés. La coopération avec le Mémorial d’Auschwitz-Birkenau a été également soulignée dans de nombreux rapports : ainsi, le comité slovène prévoit, au mois d’octobre prochain, une excursion au Mémorial d’Auschwitz à laquelle les élèves de quatre lycées pourront participer s’ils le souhaitent et à laquelle la survivante d’Auschwitz, Sonja Vrscaj, prendra également part.

Le président du CIA, Roman Kent (New York) (© Bernd Oertwig)
Le président du CIA, Roman Kent (New York) (© Bernd Oertwig) 

C’est avec un grand intérêt que les participants à l’assemblée générale ont, dans ce contexte, pris connaissance du rapport du directeur adjoint du Mémorial, Andrzey Kacorzyk, relatant l’engagement pédagogique, le nombre de visiteurs croissant et les défis posés par les importants travaux de conservation notamment de Birkenau.

Lors de cette assemblée générale, un rôle particulier a été joué également par les jeunes, à savoir des apprentis de la société Volkswagen AG et des élèves polonais d’écoles professionnelles ainsi que des jeunes volontaires originaires d’Allemagne, d’Autriche et d’Ukraine qui ont accompagné les survivants d’Auschwitz et les délégués lors des cérémonies de commémoration à Auschwitz et Birkenau et auraient volontiers, lors de la « Soirée de la rencontre » au Centre international de rencontre pour la jeunesse, continué à les écouter encore plus longtemps.